HTTP fournit la structure permettant le contrôle d'accès ainsi que l'authentification. Le schéma d'authentification HTTP le plus courant est l'authentification "Basique" ("Basic authentication" en anglais). Cette page a pour but de présenter ce schéma d'authentification, et montre comment l'utiliser pour restreindre l'accès à votre serveur.

La structure d'authentification HTTP

La RFC 7235 définit la structure d'authentification HTTP qui est utilisable par un serveur pour défier une requête client, et inversement par un client pour fournir des informations d'authentification à un serveur. Le fonctionnement du défi/réponse se déroule ainsi : le serveur répond à un client avec un statut 401 (Unauthorized) et fournit l'information permettant l'autorisation via un en-tête de réponse WWW-Authenticate contenant au moins un défi. Le client désirant s'authentifier peut ensuite le faire en incluant un en-tête de requête Authorization contenant ses identifiants. Très souvent, le client va demander à l'utilisateur un mot de passe  et ensuite envoyer la requête au serveur en incluant cette information dans l'en-tête Authorization.

Dans le cadre d'une authentification basique ("Basic authentication" en anglais) comme montré dans l'image ci-dessus, les échanges doivent s'effectuer au travers d'une connection HTTPS (TLS) afin d'être sécurisée.

Authentification par procuration

Le même mécanisme de défi et réponse peut être utilisée pour l'authentification par procuration (Proxy authentication en anglais). Dans ce cas, c'est un système de procuration intermédiaire qui requiert l'authentification. Comme les deux authentifications (celle de la ressource et celle du système de procuration) peuvent coexister, un autre jeu d'en-têtes et de codes de réponses HTTP est nécessaire. Dans le cadre des systèmes de procuration, le code HTTP de défi est 407 (Proxy Authentication Required), l'en-tête de réponse Proxy-Authenticate contient au moins un défi applicable au système de procuration et l'en-tête de requête Proxy-Authorization est utilisé pour fournir les identifiants au serveur de procuration.

Accès interdit

Si un serveur de procuration reçoit des identifiants valides ne permettant pas d'avoir accès à une ressource donnée, le serveur doit répondre avec un code de réponse 403 Forbidden. Dans ce cas, à l'inverse des codes 401 Unauthorized ou 407 Proxy Authentication Required, l'authentification n'est pas possible pour cet utilisateur.

Authentification des images multi-origines

Une faille de sécurité potentielle qui a été récemment corrigée par les navigateurs est l'authentification des images multi-origines. À partir de Firefox 59 et version ultérieures, les images chargées depuis des origines différentes du site courant ne sont plus en mesure de déclencher l'ouverture d'une fenêtre de dialogue (bug 1423146) demandant l'authentification HTTP, empêchant ainsi le vol d'identifiants utilisateurs si des personnes mal-intentionnées étaient en mesure d'embarquer une image aléatoire dans une page.

Encodage de caractère de l'authentification HTTP

Les navigateurs utilisent l'encodage de caractère utf-8 pour les noms d'utilisateur ainsi que les mots de passe. Firefox utilisait auparavant l'encodage ISO-8859-1, mais l'a remplacé par utf-8 afin de s'aligner avec les autres navigateurs et ainsi éviter les potentiels problèmes, comme décrit dans le bug 1419658.

En-têtes WWW-Authenticate et Proxy-Authenticate

Les en-têtes de réponse WWW-Authenticate et Proxy-Authenticate définissent le schéma d'authentification devant être utilisée pour accéder à une ressource, afin que le client désirant y accéder puisse savoir comment fournir les identifiants. La syntaxe pour ces en-têtes est la suivante :

 

WWW-Authenticate: <type> realm=<realm>
Proxy-Authenticate: <type> realm=<realm>

 

Ici, <type> est le schéma d'authentification ("Basic" est le plus courant des schémas, et est présenté ici). Le realm (domaine en français) est utilisé pour décrire la "zone" protégée, ou pour indiquer la portée de la protection. Cela pourrait être un message comme par exemple "Accès au site de pré-production", pour que l'utilisateur puisse savoir à quel espace il est en train d'accéder.

En-têtes Authorization et Proxy-Authorization

Les en-têtes de requête Authorization et Proxy-Authorization contiennent les identifiants pour authentifier un client avec un serveur (de procuration). Ici, le type est encore une fois nécessaire, suivi par les identifiants, qui peuvent être encodés voire encryptés selon le schéma d'authentification utilisé.

Authorization: <type> <credentials>
Proxy-Authorization: <type> <credentials>

Schéma d'authentification

La structure d'authentification HTTP est utilisée par plusieurs schémas d'authentification. Ils diffèrent de par leur niveau de sécurité ainsi que par leur disponibilité dans les systèmes client ou serveur.

Le plus commun est le schéma d'authentification "Basique" ("Basic" en anglais), qui est présenté plus en détail ci-dessous. IANA maintient une liste des schéma d'authentification, mais ils y en a d'autres fournit par des services d'hébergement comme Amazon AWS. Les schéma communs sont :

 

  • Basic (voir RFC 7617, identifiants encodés en base64. Voir ci-dessous pour plus de détails.),
  • Bearer (voir RFC 6750, jetons bearer ("porteur" en français) pour accéder à des ressources protégées par OAuth 2.0),
  • Digest (voir RFC 7616, Firefox n'est compatible qu'avec l'encryption md5, voir bug 472823 pour la compatibilité avec l'encryption SHA),
  • HOBA (voir RFC 7486 (brouillon), HTTP Origin-Bound Authentication, basé sur une signature digitale),
  • Mutual (voir draft-ietf-httpauth-mutual),
  • AWS4-HMAC-SHA256 (voir Documentation AWS).

 

Schéma d'authentification basique ("Basic")

Le schéma d'authentification "basique" est définit dans la RFC 7617, et transmet les identifiants via des ensembles ID_utilisateur/mot_de_passe, encodés avec base64.

Sécurité de l'authentification basique

Étant donnée que l'ID utilisateur et le mot de passe transitent sur le réseau en clair (base64 étant un encodage réversible), le schéma d'authentification basique n'est pas sécurisé. C'est pourquoi HTTPS / TLS doivent être utilisés avec ce type d'authentification. Sans cela, ce schéma ne doit pas être utilisé pour protéger des informations sensibles.

Restreindre l'accès avec Apache et l'authentification basique

Pour protéger avec un mot de passe un répertoire sur un serveur Apache, vous aurez besoin d'utiliser un ou plusieurs fichiers .htaccess  et .htpasswd .

Le fichier .htaccess ressemble à ceci :

AuthType Basic
AuthName "Accès au site de pré-production"
AuthUserFile /chemin/vers/.htpasswd
Require valid-user

Le fichier .htaccess fait référence à un fichier .htpasswd dans lequel chaque ligne contient un nom d'utilisateur ainsi qu'un mot de passe séparés par deux-points (":"). Vous ne pouvez pas déchiffrer les mots de passe à l'intérieur car ils sont encryptés (md5 en l'occurrence). Vous pouvez tout à fait nommer votre fichier .htpasswd différemment si vous le désirez, mais gardez en tête que ce fichier ne doit pas être accessible à quiconque. (Apache est normalement configuré pour empêcher l'accès aux fichiers .ht*).

aladdin:$apr1$ZjTqBB3f$IF9gdYAGlMrs2fuINjHsz.
user2:$apr1$O04r.y2H$/vEkesPhVInBByJUkXitA/

Restreindre l'accès avec nginx et l'authentification basique

Pour nginx, vous aurez besoin de spécifier une zone ou emplacement (location en anglais) à protéger, ainsi que la directive auth_basic définissant le nom de cette zone. La directive auth_basic_user_file fait référence à un fichier .htpasswd contenant les identifiants utilisateurs encryptés, exactement comme dans l'exemple avec Apache ci-dessus.

location /status {                                       
    auth_basic           "Access to the staging site";
    auth_basic_user_file /etc/apache2/.htpasswd;
}

Accès avec identifiants dans l'URL

Beaucoup de clients permettent d'éviter la fenêtre de dialogue demandant les identifiants en utilisant une URL contenant le nom d'utilisateur ainsi que le mot de passe comme suit :

https://utilisateur:password@www.example.com/

L'utilisateur de ces URLs est déprécié. Dans Chrome, la partie username:password@ dans les URLs est même retirée pour des raisons de sécurité. Dans Firefox, le site est testé afin de savoir s'il requiert ou non l'authentification et si ce n'est pas le cas, Firefox va avertir l'utilisateur avec une fenêtre de dialogue "Vous êtes sur le point de vous connecter au site "www.example.com" avec le nom d'utilisateur "username", mais le site ne requiert pas d'authentification. Ceci pourrait être une tentative pour vous piéger."

Voir aussi

Étiquettes et contributeurs liés au document

Contributeurs à cette page : marcpicaud
Dernière mise à jour par : marcpicaud,