Le modèle économique des standards Web

Cette page vient d'être traduite, mais elle a besoin d'un relecteur différent du traducteur. Pensez également à toujours vérifier le contenu avec sa toute dernière version en anglais.

Introduction et contexte

« Faire plus avec moins » semble être une mission impossible pour nos concepteurs Web : s'adresser à toujours plus de clients et à un public toujours plus large, avoir plus de diversité en termes de navigateurs, plus d'accessibilité, répondre aux attentes d'utilisateurs qui demandent plus de rapidité, tout en dépensant moins dans le maintien ou le réaménagement d'un site Web… Dans cette situation délicate, les concepteurs Web sont confrontés à un challenge incroyable. Pourtant, ils sont en train de trouver un allié insoupçonné dans la bataille : les standards du Web.

Cet article explique comment le fait d'adhérer à des standards Web (c.-à-d. à des normes), et de laisser tomber le balisage et les technologies propriétaires, peut contribuer à atteindre les objectifs d'affaires d'une société.

Cohérence de l'apparence et du sens sur l'ensemble du site

En séparant la structure (ou contenu) de la présentation, les concepteurs Web ont beaucoup a gagner. En particulier, la présentation est définie par l'emploi d'un langage orienté vers la mise en page CSS. Ranger CSS dans un document à part (c.-à-d. la feuille de style) et l'appliquer à une série de documents HTML permet de changer la présentation de tous ces documents en un clin d'œil. Le HTML strict (contrairement au balisage HTML transitoire fréquemment utilisé), oblige le concepteur à ne pas utiliser des balises de présentation dans les documents HTML, renforçant ainsi naturellement la séparation entre contenu et présentation.

En réunissant toutes les questions de style et de design dans un seul document — la feuille de style — des sites entiers peuvent changer instantanément de thème. La communauté des blogs est particulièrement dynamique à cet égard, et dans beaucoup de plateformes dont WordPress, TextPattern et Habari, le thème du site est une entité complète et discrète, dans son propre droit.

Amélioration de l'expérience utilisateur : moins de bande passante et des chargements plus rapides

Le code HTML est souvent beaucoup plus compact (et donc plus facile à lire et à maintenir) lorsqu'il est utilisé conjointement à CSS. Selon divers reports, études de cas, et Andy King, auteur de Accélérez votre site Web : optimisation de sites Web, CSS a rendu possible la transformation des mises en page de type tableaux en mises en page de type CSS. Habituellement, cela réduit de 25 à 50% la taille de la page. Ceci se traduit par une amélioration de l'expérience utilisateur, selon le gourou de l'ergonomie/Utilisabilité Jakob Nielsen, qui remarque que les utilisateurs ont tendance à fermer une page Web quand elle prend plus de 10 secondes à se charger.

La feuille de style n'a besoin de se charger qu'une seule fois pour être sauvegardée en mémoire cache. Le poids du chargement peut être légèrement supérieur pour la première page. Mais pour l'accès à plusieurs pages d'un même site, étalé sur plusieurs visites, les économies en bandes passantes sont énormes.

Améliorer les SERPS (résultats de recherche sur les moteurs) organiques sans dépenser d'argent

L'une des plus grandes difficultés pour nos webmestres est d'avoir un bon classement dans les moteurs de recherche. Pour atteindre cet objectif, tout doit entrer en compte. Grâce à l'utilisation d'un balisage sémantique, nous aidons énormément les moteurs de recherche dans leur processus d'indexation. Ces idées viennent tout naturellement aux développeurs qui utilisent les standards, sans aucun effort, temps, ni pensée supplémentaires. Tous leurs documents sont correctement signalés dès le départ. Le nombre de sites ne fournissant pas de titres ni de descriptions appropriés dans les balises Méta est surprenant. Beaucoup d'autres sites augmenteraient énormément leur SEO simplement s'ils utilisaient des balises appropriées au contenu. Rajouter des balises h1, h2, h3, et ainsi de suite, apporte une bonne structure aux documents hypertextes.

Les agents des moteurs de recherche sillonnent le Web pour l'indexer, mais pour les besoins de classement ou d'indexation ils ne peuvent traiter que le texte. Les effets dynamiques, tels que ceux créés par JavaScript ne sont pas pris en compte, et un texte contenant des graphiques ne peut pas être lu ni analysé non plus. Le fait de séparer la présentation du contenu permet d'augmenter le taux d'information/balisage, rendant ainsi les documents de type CSS plus pertinents en ce qui concerne les termes de recherche, ce qui leur permet d'être classés plus haut dans les résultats de recherche. De la même manière, l'utilisation de CSS à la place de graphiques pour réaliser des titres peut être d'une grande aide.

Il existe des différences significatives dans la manière dont opèrent les moteurs de recherche. Au lieu de se préoccuper de chaque moteur de recherche, et d'essayer de manipuler artificiellement les résultats, les pages utilisant les standards Web sont indexées et classées correctement (là où elles le méritent) à travers tous les moteurs de recherche. Non seulement les standards réduisent énormément nos soucis envers les différences de navigateurs, mais ils réduisent aussi les différences dans la manière dont les moteurs de recherche classent les pages.

En utilisant correctement les standards du web, il ne devrait pas ou plus être nécessaire d'avoir recours à des campagnes propriétaires de paiement par clic, dont les coûts augmentent sans cesse et dont la qualité et l'intégrité laissent parfois à désirer.

Augmenter le trafic des sites Web

Maintenir le contact avec votre utilisateur sur des plateformes multiples

Les codes respectant les standards et fonctionnant sur diverses plateformes vont main dans la main. Alors que certains navigateurs ont des bizarreries qui provoquent des comportements différents selon la plateforme, les navigateurs de Mozilla sont conçus pour se comporter de manière identique sur toutes les plateformes supportées (Mac, Linux, Unix, Windows…)

Un nombre croissant d'agents utilisateur autres que des navigateurs, ou alors des navigateurs sur des plateformes différentes —nbsp;comme les téléphones mobiles — ont accès au contenu du Web. Les contenus de données tels que RSS et Atom ne marcheront tout simplement pas sans avoir été préalablement implantés en suivant les standards requis.

Les suppositions émises à propos des utilisateurs et de leur plateforme, basées sur une réflexion erronée à propos de la communauté d'utilisateurs, sont inévitablement toujours fausses. Par exemple, il n'est pas obligatoire que les hommes d'affaires possèdent un moniteur à écran large. Le contraire peut aussi être vrai. Les « usagers puissants » (Power users) et les hommes d'affaires qui voyagent beaucoup sont en train de réduire leurs portables. Il arrive de plus en plus souvent qu'une seule personne ait peut-être besoin d'accéder au même site en utilisant des plateformes différentes à la maison, au bureau ou lors de déplacements. Ils s'attendent à une expérience constante et cohérente.

Afin de gérer ces paradoxes, les standards Web nous fournissent différents outils et procédés, et nous permettent une contribution encore plus forte : la diffusion universelle de nos données est accessible aux personnes de différentes circonstances sociales, médicales ou économiques.

Un personnel plus heureux

Les bons développeurs — provenant des agences, mais aussi des stagiaires — ne veulent simplement pas travailler en utilisant des méthodes dépassées ou des plateformes aux normes incertaines, suite à l'incertitude conséquente sur la qualité. Ils ont adopté les standards Web il y a bien longtemps, et travaillent à présent là où ces nouvelles compétences sont appréciées. La connaissance de Dreamweaver ou de n'importe quel autre logiciel ancien n'entre absolument pas en compte dans le recrutement d'un personnel créatif.

Éliminer les dépenses futures indésirables

Une portion très significative de l'information stockée électroniquement est produite pour le Web et écrite en format HTML. La plupart de ces informations utilisent de l'HTML erroné, qui s'affiche (pour l'instant) correctement dans des navigateurs plus anciens et permissifs. Au cours de l'évolution du Web, les navigateurs Web risquent soit de devenir moins permissifs, soit de se comporter différemment lorsque des balises erronées lui seront données (p. ex. ils risquent d'analyser les données erronées et de les rendre légèrement différentes). En utilisant un balisage valide et conforme aux normes, les données seront réutilisables pendant longtemps. En effet, les prérequis pour une analyse des formats standards sont fixes et bien documentés.

Contrairement aux croyances populaires, passer aux codes standards ne signifie pas que l'on produit un contenu moins attractif. D'ailleurs, tout ce qui exploite des extensions propriétaires peut être adapté aux normes, avec l'avantage supplémentaire d'être multiplateforme et à l'épreuve du temps.

En s'assurant que toutes les données numériques de l'opérateur soit signalées de manière constante et conforme aux normes, la base de données devient un atout réutilisable et perpétuel — et sans aucune dépense supplémentaire future.

Extensibilité

L'utilisation du HTML strict et la séparation entre structure et contenu fraient la voie au XHTML, une version de HTML compatible avec XML. L'utilisation du XHTML permettra aux auteurs du Web de multiplier les outils provenant du monde XML, tel que XSLT, afin de facilement manipuler les données XML.

L'utilisation du XHTML est une manière d'entrer dans une série de standards composés par des technologies XML, tels que XML, XSLT (transformation des données), SVG (graphiques animés), MathML (décrire des expressions mathématiques)… De telles technologies ont été conçues pour interfonctionner, et sont la base-même des services Web. Cela va donc beaucoup plus loin que de la simple création de contenu pour le Web.

Réduire le coût d'opérations et de maintenance de site

Mais au fait, qu'est-ce réellement que la maintenance ? Une des caractéristiques principales d'un site réussi est d'élaborer constamment un contenu approprié, qui puisse à son tour alimenter le dialogue médiatique social avec la communauté d'utilisateurs. Il est donc nécessaire de créer une structure et un procédé à suivre, afin de permettre aux contributeurs qui travaillent sur le contenu de publier des articles, de récupérer des vidéos, du son, ou n'importe quel autre média. Un site Web n'est qu'un support qui permet d'insérer, de déplacer, et d'afficher ce contenu. Les systèmes de gestion de contenu tentent avec un relatif succès d'alimenter ce niveau de fonctionnalité. Ce sont de très bons exemples d'une véritable séparation non seulement du style et du contenu, mais aussi du procédé par lequel ces éléments — qui sont très différents — sont exécutés.

Le procédé doit donc se dérouler en trois étapes : la création du contenu, l'application du balisage, et l'ajout du style. Vu sous cet angle, il est parfois surprenant de constater à quel point le procédé de développement Web est en fait propre, élégant et simple. Dans un environnement multi-dirigé et potentiellement commercial, tel qu'une agence de développement Web, cette approche se prête aussi à une démarcation très stricte, entre disciplines d'une structure commune. Celui qui créé le contenu — qui peut être un journaliste, un producteur de musique, ou encore provenir de n'importe laquelle de nombreuses disciplines — n'a pas besoin de s'investir du tout dans le processus actuel de publication du contenu. Et la personne qui applique le balisage n'a pas forcément besoin de savoir (ni de se soucier de) comment il va être composé. Le véritable impact de The Zen Garden a été d'aider à démontrer les stupéfiants résultats qui sont possibles sans modification du balisage, ainsi que de vraiment garder la quantité de balisage de présentation à un minimum acceptable.

Le modèle Contenu-Balisage-Style se prête aussi très correctement aux méthodes linéaires de production. Il ne doit y avoir aucun besoin ni aucune activité de développement Web avant que le contenu ne soit produit. Inversement, une fois le contenu à portée de main, le processus de développement et de publication devrait être incroyablement rapide. Et c'est comme cela que ça devrait être. Si nous avons produit un contenu, nous voulons le publier dès maintenant. Pas dans six semaines.

De plus, en signalant rigoureusement le procédé de production, on peut mesurer et contrôler le temps, les budgets, et les ressources, non-seulement du développement initial du contenu émergeant, mais aussi de sa publication en cours. C'est un outil de gestion très puissant.

Voilà de quoi sont capables les Standards Web. Cela permet de fournir une structure de développement nettement meilleure, autant pour les fournisseurs de contenu, que pour les développeurs Web et les stylistes de CSS. Il est tout simplement inimaginable que quiconque ne puisse profiter des énormes bénéfices qu'apportent les Standards, et qu'il ne les partage. Les clients, les développeurs et les créateurs de médias numériques peuvent être libérés de la tyrannie du développement composé de graphiques, des générateurs de codes, ainsi que du balisage incompréhensible. Mais le véritable intérêt réside dans le résultat final. Le message, délivré tant aux comptables qu'aux exécutifs et aux actionnaires, devrait être irrésistible.

Avantages de CSS par rapport à Javascript

Plus particulièrement, les graphiques et Javascript sont souvent utilisés pour les effets spéciaux dans les fragments de texte. Vu que la technologie des feuilles de style permet aux concepteurs un bon contrôle typographique et la réalisation d'effets tels que les RollOver, elle réduit considérablement le besoin d'une programmation Javascript et la création de graphiques. Et plus encore : cela réduit la consommation de bande passante due aux images.

Un code HTML bien formé économise du temps et de l'argent

Les pages Web qui s'affichent différemment d'un navigateur à l'autre provoquent l'un des plus grands maux de têtes aux développeurs Web. De telles différences de rendu touchent surtout les anciens navigateurs, mais la plupart sont bien connues et documentées. Dans de nombreux cas, des codes ambigus causent ces différences de rendu. Pour les développeurs dans les environnements commerciaux, capables de mesurer ces dépenses en temps, certains chiffres sont étonnants. Concernant une caractéristique haut de gamme d'un site, une seule incohérence entre navigateurs peut absorber les principaux développeurs dans des heures douloureuses et frustrantes de chasse aux forums et de réparation de bogues. Comme nous utilisons les Standards depuis le début, nous disposons d'un point de référence connu afin de mesurer les variations connues des vieux navigateurs. À présent, presque toutes ces variations sont bien documentées, et les réparations sont bien publiées et bien connues. En revanche, la réparation de balises chaotiques est un trou noir qui aspire temps et argent.

Un code bien défini réduit considérablement les différences de rendu dans divers navigateurs. L'utilisation d'outils de validation tels que le validateur du W3C aide en repérant les erreurs de codage et en vérifiant que le code HTML soit bien formé, ce qui élimine l'ambiguïté dans l'analyse des navigateurs.

Les nouveaux navigateurs adoptent les standards

De plus en plus de navigateurs, autres qu'Internet Explorer pour Windows, sont utilisés pour naviguer sur le Web :

  • Windows : MSIE, navigateurs utilisant le moteur de rendu Gecko de Mozilla, Opera
  • Mac : MS-Tasman (les moteurs de rendus d'IE/Mac), les navigateurs de type Gecko, Safari, Opera
  • Linux : les navigateurs de type Gecko, les navigateurs de type KHTML, Opera

Globalement, 5 différents moteurs de rendu sont utilisés pour naviguer sur le Web. Ils se servent de douzaines de navigateurs sur 3 plateformes.

Selon de nombreuses sources, les navigateurs de type Gecko sont aujourd'hui beaucoup plus courants que les navigateurs de Netscape 4.x et de MSIE 4, et cela augmente de manière significative avec le temps. Rien que Firefox a été téléchargé plus de 50 millions de fois en l'espace de 6 mois.

Dans un tel environnement, de plus en plus hétérogène, il est inimaginable de tester chaque page Web dans toutes les configurations possibles. La seule solution pratique est donc de se mettre aux standards.

Dans un environnement novateur, Microsoft a sorti pour IE 8 une nouvelle balise meta qui peut être utilisée pour déclencher dans les sites le mode des Standards Web. En même temps, les anciens sites qui ne sont pas en mode Standards s'afficheront toujours correctement. Même si ce geste est d'une certaine manière controversé, l'annonce a reçu énormément de soutien de la part des principaux développeurs et des partisans des standards, Jeffrey Zeldman en tête.

Anciens navigateurs : Netscape 4 et IE4

Le seul inconvénient avec l'utilisation de CSS est que les anciens navigateurs (surtout IE4 et NS4) ne sont pas en mesure de l'afficher correctement. Dans certains cas, par exemple si le public est nombreux à naviguer sur Netscape 4.x, la solution peut être d'utiliser de simples tableaux pour la mise en page, et CSS pour le contrôle des polices. Une autre option serait de fournir du contenu HTML aux utilisateurs de Netscape 4.x, sans le style CSS. Le contenu sera utilisable, mais beaucoup moins attractif que dans les navigateurs modernes. De plus, les navigateurs 4.x sont connus pour leurs problèmes de sécurité : leurs utilisateurs devraient donc être encouragés à les mettre à jour.

Une accessibilité réglementée

Les organismes gouvernementaux de nombreux pays (US, UK, Canada) ont l'obligation d'être accessibles, et, dans certains pays comme l'Australie, cela s'applique à toutes les organisations. Aux États-Unis, la Section 508 s'applique aux agences et aux projets financés par le gouvernement.

En utilisant les standards (surtout CSS pour le positionnement, ainsi que du HTML strict), l'accessibilité est un but plus facile à atteindre. Car les standards ont en effet été créés dans un souci d'accessibilité.

Pour bien entretenir l'accessibilité, il faut être capable d'offrir un contenu Web à un plus grand public, accroissant ainsi l'ergonomie/l'utilisabilité d'un site Web, même pour les personnes non handicapées.

Pour les développeurs qui souhaitent surtout accéder à des fonds publics, ou qui travaillent avec des organismes de charité ou socialement responsables, une des clefs les plus importantes est de s'harmoniser avec la législation pertinente de sa juridiction. Tout aussi crucial que le besoin évident de se soumettre à la loi, l'adoption des standards web le plus souvent possible indique clairement un esprit de responsabilité sociale communautaire. De nombreux leaders industriels appliquent cette façon de pensée à tout ce qu'ils font. Les sites qui ne satisfont que l'égo du concepteur et de très peu d'autres personnes vont subir un avenir commercial de plus en plus difficile.

Le processus de développement : travailler en équipe

Un code écrit par d'autres développeurs représente un défi commun à tous les développeurs Web qui assurent la gestion des sites existants. Dans de nombreux cas, ils sont confrontés à un code HTML de très mauvaise qualité, qui dépend aussi parfois de fonctions et de programmes non-documentés, ainsi que de pratiques de codage spécifiques. Le manque de documentation est aussi souvent problématique.

Suivre les documents sur standards-compliance in requirements est une manière très efficace d'assurer une qualité mesurable du produit fini, le W3C étant un juge impartial (le World Wide Web Consortium, abrégé par le sigle W3C, est un organisme de normalisation fondé en octobre 1994 comme un consortium chargé de promouvoir la compatibilité des technologies du World Wide Web telles que HTML, XHTML, XML, RDF, CSS, PNG, SVG et SOAP. Le W3C n'émet pas des normes au sens européen, mais des recommandations à valeur de standards industriels).

Comme les standards sont très bien documentés, une nouvelle personne qui viendrait reprendre des codes respectueux des standards peut commencer immédiatement, et n'a pas besoin de se familiariser avec les pratiques de codage du développeur antérieur. Cela réduit aussi de manière significative les enfermements propriétaires

Standards Web : enrichir l'expérience utilisateur

Tout l'esprit des Standards Web découle du fait qu'ils évoluent grâce à l'expérience utilisateur. Cet esprit n'est déterminé ni par les concepteurs graphiques, ni par les développeurs de générateurs de code propriétaires, ni par le besoin d'effectuer une gymnastique de codage tridimensionnelle pour pouvoir faire face aux vendeurs de navigateurs et d'autres agents utilisateurs. Afin d'améliorer cette expérience utilisateur, les objectifs les plus importants du développement utilisant les standards sont les fameux jumeaux utilisabilité et accessibilité. Le fait d'employer simplement — et assez grossièrement — une expérience utilisateur agréable, satisfaisante et épanouissante se traduit par un trafic plus dense, plus de visiteurs récurrents, moins de rebonds, plus de temps pour flâner, plus de clics suivis. Finalement, cette expérience utilisateur améliorée permet d'atteindre les objectifs d'affaires ou opérationnels du site. Un dialogue plus ouvert, plus de ventes, et d'une certaine manière plus de personnes qui interagissent avec l'opérateur du site.

Les sites créés à partir de méthodologies, de processus, et de la pratique des standards Web réalisent de loin — et en tout point de vue — les meilleures performances. Ils se chargent plus rapidement, sont plus faciles à retrouver dans les moteurs de recherche, et ils organisent et délivrent efficacement leur contenu. L'utilisateur peut profiter de toutes ces merveilleuses expériences, sans jamais se soucier de la plateforme, du logiciel, du système d'exploitation, ni de douzaines d'autres variables telles que la taille de l'écran, la résolution du texte, l'activation de JavaScript, ou n'importe quel handicap que rencontre l'utilisateur.

Conclusion

L'utilisation de standards Web, ainsi que la séparation entre la structure et la présentation, rapporte un bon nombre de bénéfices pour aujourd'hui et demain.

Pour aujourd'hui, cela représente un public plus nombreux, moins de dépenses d'argent pour la production d'un nouveau contenu, et de devenir conciliant envers les exigences requises par l'accessibilité.

Pour demain, cela représente la réduction des enfermements propriétaires, la réduction des dépenses dans la maintenance, et plus de flexibilité dans la présentation d'un site Web. Sans oublier que l'utilisation des standards ouvre la porte aux technologies XML.

Tous ces facteurs contribuent aussi à améliorer la gestion des sites, à rassembler un public plus large, et à perfectionner le retour des investissements. Les geeks, les marchands, et le contrôle de gestion peuvent tous bénéficier d'un site Web fondé sur les standards. Et c'est déjà plus que ce que l'on pourrait espérer….

Étiquettes et contributeurs liés au document

Contributeurs ayant participé à cette page : Aurelgadjo, BenoitL, Chbok, Lebedel.delphine, Mgjbot
Dernière mise à jour par : BenoitL,